Introduction

Le bassin d’Ouarzazate s’étend sur une superficie de 5407 Km². Il correspond à un sillon généré lors des compressions atlasiques. Il est ainsi limité au nord par la chaîne du Haut Atlas, à l’ouest par le Massif Ancien, à l’est par l’Anti-Atlas oriental et au sud par les affleurements paléozoïques de la région de Saghro.

Base de Données

A la date du 31 décembre 2018, un total de 464 Km de lignes sismiques 2D à couverture multiple a été acquis. Aucun puits n’a été foré dans la région.

Evolution sédimentaire et tectonique

Au sud du bassin, les séries du Néogène reposent en discordance sur le socle précambrien, alors que la marge sud du bassin est affectée par des plissements et une fracturation atlasique impliquant les séries jurassiques et néogènes. Dans la partie centrale et méridionale, la séquence mésozoïque se biseaute contre celle du Paléozoïque. Les séries paléozoïques sont affectées par la déformation hercynienne. Du nord au sud, les formations mésozoïques deviennent moins déformées au centre du bassin.

Systèmes pétroliers

La présence d’excellentes roches mères et des roches réservoirs en affleurement autour du bassin, fait de ce dernier une zone attractive pour l’exploration pétrolière.

Roches mères

Toutes les informations sur les roches mères ont été déduites à partir des études géologiques et géochimiques des affleurements. La roche mère principale correspond aux argiles noires du Silurien (COT moyen de 3,55 % à 11 %). La matière organique est de type II et/ou III et la maturation est variable (mature à très mature). Les argiles de l’Ordovicien et du Carbonifère sont considérées comme des roches mères secondaires. Les roches mères du Mésozoïque peuvent être aussi considérées comme de bonnes roches mères, similaires à celles du Lias traversé par le puits MK - 1, aux marnes noires du bassin de Boudenib et à la succession du Crétacé/Paléogène du bassin de Tadla. Le scénario de maturation de l’Oligo-Miocène est relié à la superposition des imbrications identiques aux structures atlasiques actuelles, rencontrées dans le bassin de Tadla.

Roches réservoir

Des études géologiques de surface ont montré que les grès ordoviciens, carbonifères, triasico-liasiques et ceux du Dogger, sont considérés comme des roches réservoirs potentielles dans ce bassin.

Les carbonates du Cénomano-Turonien peuvent également constituer des objectifs potentiels du fait qu’ils sont recouverts par des séries sédimentaires d’âge Sénonien, Paléogène et Miocène relativement épaisses. 

Roches couverture

Les couches argileuses présentes dans la série paléozoïque et les séries argilo-salifères du Mésozoïque forment de bonnes roches couvertures.

Pièges

Des pièges structuraux et stratigraphiques, ont été identifiés dans le bassin. Les pièges structuraux sont constitués par les rampes anticlinales, les failles et les chevauchements. Les pièges stratigraphiques sont liés aux lentilles sableuses (turbidites viséennes et chenaux du Trias), à la variation latérale des faciès et à la barrière de porosité dans les formations carbonatées (Cenomano-Turonien, Lias, Carbonifère, Dévonien, etc.…).

Play Concepts

Ils sont représentés par :

Des « Subthrust » (anticlinaux chevauchés, imbrications) affectant les séries mésozoïques.

Des structures paléozoïques profondes et larges.

Des plays liés aux pièges stratigraphiques : Lentilles gréseuses (turbidites du Viséen, chenaux triasiques), et des changements latéraux de faciès et des barrières de porosité dans les carbonates du Cenomano Turonian, du Lias, du Carbonifère, et du Dévonien… etc.