Introduction

Le basin du Gharb est situé dans les zones externes de la ceinture plissée du Rif. Ce bassin, couvrant une superficie approximative d’environ 7394 Km², s’étend entre la ville de Sidi Kacem au sud - est et le village de Moulay Bousselham au nord - ouest. A l’ouest, il est limité par la ligne côtière Atlantique entre Moulay Bousselham et la ville de Kenitra.

Base de données

Au 31 décembre 2018, la base de données disponible dans le bassin du Gharb est représentée par :

Données sismiques : 6 694 Km de sismique 2D et 1278 Km² de sismique 3D.

Données de forages : 90 puits d’exploration ont été forés dont certains ont produit ou produisent encore du gaz biogénique.

Sédimentation et géométrie du Bassin

Le bassin du Gharb est de type "avant pays" et est développé sur le front de la chaine rifaine. L’évolution de la sédimentation a favorisé le dépôt de plus de 3000 m de sédiments clastiques d’âge Miocène Supérieur sur le complexe des nappes. Des séries turbiditiques très épaisses d’âge Eocène et Oligocène et des sédiments continentaux molassiques d’âge Miocène Moyen se sont développés au sein de la séquence infra- nappe couvrant les clastiques et les carbonates mésozoïques.

Systèmes pétroliers

Roches mères

Le Gharb est un bassin producteur de gaz biogénique. Le méthane, expulsé des roches mères du type III ou type I du Miocène Supérieur (essentiellement constitué d’argiles et de marnes) est piégé au sein des lentilles de sables. Dans la partie centrale du bassin, à des profondeurs supérieures à 1600m, la roche mère du Crétacé, présente au sein du complexe de nappes, pourrait être mature, et elle pourrait générer de l’huile ou du gaz catagénique.

Roches réservoir

Des roches réservoirs ont été déposées durant le Tortonien et le Messinien. Ces réservoirs sont des lentilles de sable turbiditique déposés dans un milieu de bas niveau marin. Les porosités mesurées sont élevées et peuvent atteindre dans plusieurs cas 33%, avec une moyenne de 25 à 30 %. Les perméabilités sont bonnes à très bonnes permettant une bonne productivité, comme le cas du puits OLB-1 (perméabilité calculée = 400mD).

Roches couverture

La couverture est assurée par les marnes déposées durant la remontée du niveau de la mer pendant les deux périodes du Tortonien et du Messinien. Ces marnes appelées “Marnes bleues“ présentent de bonnes caractéristiques de couverture. Une fine couche suffirait pour isoler complètement les réservoirs.

Pièges

Dans le bassin du Gharb, les objectifs présentent des pièges combinés, stratigraphiques (lentilles de sables) et structuraux (des blocs faillés et plissés).

Play concepts

Le développement des play concepts repose sur la présence des anomalies d’amplitudes au sein de la séquence supra-nappe dans les zones du centre et du Sud du bassin. Plusieurs anomalies d’amplitudes ont été mises en évidence. Certaines anomalies forées ont produit ou produisent encore du gaz à partir des objectifs situés à des profondeurs faibles (700 à 1 300 m).

Au niveau de la zone centrale du bassin, à des profondeurs supérieures à 1 600 m, la roche mère de Type II et Type I pourrait être mature et pourrait générer de l’huile. Ceci augmente aussi la probabilité de génération à partir du complexe de nappes. Les parties profondes du bassin, encore inexplorées, pourraient contenir des objectifs potentiels.

Dans la partie Nord et Nord-Est du bassin, des études récentes ont montré la présence d’une variété de zones d’intérêts au sein de la séquence supra-nappe. Les objectifs sont à des profondeurs faibles (entre 100 et 700m) et apparaissent en sismique comme des anomalies d’amplitudes, liées à une colonne de gaz surmontant des accumulations d’huiles. Dans cette zone, le complexe de nappes (Ouazzane et nappes prérifaines) peut présenter de bons réservoirs gréseux et conglomératiques au niveau de l’Eocène, de l’Oligocène et du Miocène Inférieur.

Prospects et leads

L’activité d’exploration réalisée dans le bassin du Gharb, a montré la présence d’un important potentiel d’hydrocarbures au niveau des dépôts sédimentaires du Tertiaire. Les prospects définis bien que de petites tailles, sont intéressants du point de vue économique, car sont situés à des profondeurs inférieures à 1500m. En outre, la présence d’un réseau de gazoducs et d’un marché très demandeur sont des facteurs très favorables à l’exploration gazière dans cette région.

Historique de production

Le bassin du Gharb a produit de l’huile à Ain Hamra et du gaz biogénique à partir d’un grand nombre de petits champs situés au centre et au sud du bassin. La production d’huile a atteint 0.1 Mmbbls.

A fin Décembre 2018, la production cumulée de gaz a atteint 1 220 100 227 M3.