Les types de gisements recherchés sont les suivants :

Type VMS: lié au volcanisme du Viséen supérieur, ce type de gisements n’est connu actuellement que dans la province hercynienne de Jebilet- Guemassa (Hajar, Draa Sfar, Kettara…).

Par leur volcanisme viséen intermédiaire et acide, les boutonnières de la meseta orientale sont aussi des zones favorables pour ce type de minéralisations. L’interprétation intégrée des connaissances relatives aux zonalités entre les métaux de base et la pyrrhotite, au polyphasage de la déformation et au développement des techniques géophysiques constitue la meilleure méthodologie pour la recherche de ce type de minéralisations.

Sedex : Pour ce type, en plus de la série de plateforme du PII inférieur, les séries du Protérozoïque supérieur à activité volcanique bien développée dans le Sirwa et dans le Haut-Atlas occidental sont des cibles intéressantes.

Cu stratiforme (kupfershiefer et red-beds): le secteur le plus opportun étant actuellement l’Anti-Atlas occidental, qui en plus de nombreux indices, gîtes et gisements connus dans l’Infracambrien et /ou dans le sommet du Précambrien, pourrait receler des concentrations cachées.

Type MVT: Ce type de gisement est représenté par des gisements plombo-zincifères de taille mondiale (Touissit – Boubker, Mibladen, etc.). Actuellement, une multitude de petits gisements de ce type font l’objet d’exploitation artisanale dans le Haut Atlas oriental. Les secteurs favorables pour ce type de gisements sont très vastes puisqu’ils intéressent les formations dolomitiques de Mekkam, Rekkam, des Hauts plateaux, Pays des Horsts, du Haut Atlas, Moyen Atlas et la Dorsale calcaire dans le Rif.

Gisements filoniens BPCG ou apparentés à métaux de base dominants, gisements à barytine et fluorine: pour ce type de gisements hydrothermaux s.l, les secteurs les plus favorables sont ceux qui renferment une grande densité de gîtes et indices et où la tectonique cassante tardi-hercynienne a été la plus active. De ce fait, les boutonnières précambriennes et paléozoïques restent prioritaires. Les gisements de fluorine seront recherchés autour des granitoïdes hercyniens affleurants ou cachés.

Gisements de type skarns ou substitution: Ils intéressent essentiellement les minéralisations à Mo, W ou Sn et sont connus au Maroc dans les auréoles de métamorphisme des intrusions granitiques hercyniennes (granites de Tichka, d’Azegour, d’Oulmès, etc.). La poursuite de la recherche minière autour de telles intrusions peut soit augmenter les potentialités des gîtes connus soit en découvrir d’autres.

Gisements à Ni, Co, Cr: Le secteur le plus réputé étant la boutonnière précambrienne de Bou Azzer-El Graara à complexe ophiolitique et son prolongement NW en direction du Sirwa le long des branches de l’accident majeur de l’Anti-Atlas (indices d’Iferghane et d’Inki). Les autres secteurs intéressants sont le massif paléozoïque à complexe ultrabasique des Beni Bou Izra dans le Rif et le secteur à grande densité de sills basiques mésozoïques dans le Haut Atlas Central. L’Archéen de la dorsale de Reguibate constitue aussi une cible très intéressante pour ces éléments.

Gisements de type itabiritique : représentés par des minéralisations de type « quartzites rubanés ferrugineux : itabirites », liées à la chaîne archéenne de la Dorsale d’Aghaylas.

Gisements de type oolithique : Ils intéressent les formations essentiellement ordoviciennes (Ait Amar dans le Maroc Central, Tachila –Ouarzemine dans l’Anti Atlas Occidental et Imi n’Tourza dans l’Anti Atlas Oriental, Sud Bani dans le bassin de Zag etc.) et dévoniennes (gîtes de la province de Smara constituant le prolongement occidental de Gara Jbilet).