La base de données disponible à présent, a permis l’identification des roches mères suivantes : 

Paléozoïque

Les formations riches en matières organiques de l’Ordovicien, du Silurien et du Dévonien sont caractérisées par des matières organiques sapropéliques (Kérogène de Type II). Par endroits, ces matières organiques deviennent lipidiques (Kérogène de type I). Ces formations sont présentes dans plusieurs bassins marocains et constituent généralement la continuité de celles rencontrées en Algérie et en Afrique du Nord. La roche mère silurienne, avec des valeurs de TOC allant jusqu’à 12% dans le bassin de Tadla, constitue la principale roche mère paléozoïque bien que les séquences ordoviciennes et dévoniennes, présentent également des niveaux de roches mères intéressants avec des valeurs de TOC atteignant 4% au niveau dudit bassin. 

La matière organique du Carbonifère est cependant à prédominance humique (Kérogène de type III). Dans les bassins des Hauts Plateaux et de Tadla, les formations du Viséen et du Namurien contiennent des intervalles argileux riches en matière organique humique avec des valeurs de TOC atteignant 1.5%. Dans les Hauts Plateaux à l’Est et la vallée d’Argana à l’Ouest, les roches mères du Westphalien et du Stéphano-Autunien montrent fréquemment des niveaux charbonneux (houilleux) et ligniteux avec des valeurs de TOC supérieures à 30%.  Des échantillons d’huile (huiles de gisements et d’indices) rencontrées dans les bassins de Prérif (champ de Tselfat), de Doukkala, de Tadla et d’Essaouira ont été analysés et interprétés comme des hydrocarbures générés à partir des roches mères paléozoïques. 

Trias  

Dans les bassins côtiers atlantiques, la sédimentation synrift, au niveau des grabens et demi-grabens pourrait renfermer d’excellentes roches mères lacustres (Kérogène de type I). Dans le bassin de Doukkala, ces roches mères ont été rencontrées avec des valeurs de TOC allant jusqu’à 2.5%. 

Jurassique

Les études géochimiques récentes montrent que les bassins du Rif-Prérif, du Moyen Atlas et du Haut Atlas contiennent, au niveau du Jurassique inférieur (Lias), des roches mères riches en matière organique amorphe de type II, avec des valeurs de TOC atteignant 10%. Ces roches mères sont généralement dans la fenêtre à huile et ont généré de l’huile dans le Prérif et sont à l’origine de plusieurs suintements dans le Prérif et le Moyen Atlas. 

Le caractère pétroligène de cette roche mère jurassique pourrait avoir une grande extension. En effet, l’huile produite au niveau du champ de Sidi Rhalem, situé dans le bassin d’Essaouira, a été générée par les roches mères de l’Oxfordien (TOC allant jusqu’à 4%) et l’huile rencontrée dans la structure du Cap Juby, dans le bassin de Tarfaya, est probablement d’origine jurassique. Dans le bassin de Tarfaya-Layoune-Dakhla, La roche mère du Jurassique inférieur et moyen montre aussi des valeurs de TOC allant de 1.47 à 2.49%. 

Crétacé

Les formations crétacées marines d’âge Aptien-Albien et Cénomano-Turonien sont, et de loin, les plus riches en matière organique avec des TOC allant jusqu’à 20%. Ces roches mères sont présentes dans la plupart des bassins sédimentaires marocains et pourraient, avec un enfouissement adéquat, générer des hydrocarbures. Les études récentes témoignent de la bonne qualité de ces roches mères notamment  dans les bassins du Rif-Prérif, de Tadla et de l’offshore atlantique.

Néogène 

Les argiles et les marnes néogènes (Oligocène et Miocène) montrent des valeurs de TOC allant jusqu’à 7% dans les bassins atlantiques et jusqu’à 2% dans l’offshore méditerranéen. Cette roche mère a produit du gaz biogénique dans le bassin du Gharb, mais elle pourrait également générer du pétrole, si elle est suffisamment enfouie.